Garder le rythme

Quand tout va mal, quand on est au fond du trou, quand la seule option est de trouver une solution pour remonter,alors,  il est facile de prendre des résolutions, des grandes décisions, de mettre des plans d'action en place, de se bouger pour s'en sortir.

Puis, petit à petit, on remonte la pente, les voyants se mettent au vert, un à un, les premiers rayons de soleil apparaissent et nous réchauffent le cœur.
Tout devient plus facile, si facile que l'on commence à se relâcher, à ne plus suivre son plan de très près, à prendre des libertés sur ses résolutions, à s'endormir sur ces progrès.

Alors oui, on ne retombe pas, on ne s'effondre pas tout de suite, simplement on stagne.
On ne vit plus vraiment, on végète.
Les événements ont repris le contrôle de notre vie. De conducteurs nous sommes devenus passager.


La vie que l'on a rêvée, celle que l'on a commencé à rebâtir, celle qui nous a permis de nous en sortir, s'éloigne, petit à petit. Elle devient floue, vaporeuse, un rêve inatteignable...

Pourtant le chemin était tracé, l'objectif clair, c'était possible!
 

Il suffisait juste de garder le rythme, d'un petit peu plus d'abnégation, de volonté pour continuer sur cette voie!

Combien de fois avons-nous pensé que ce n'était pas grave ? Que ce n'était pas une petite entorse à notre nouvelle discipline qui allait tout chambouler?
Puis l'exception s'est faite plurielle.
Puis la facilité l'a emportée sur la volonté.


Du désespoir étaient nés l'espoir et la discipline, sous le soleil ils se sont évaporés.

Est-ce dans la nature humaine d'abandonner la quête de ses rêves dans le confort ?
Je le crains!

Mais je ne vais pas succomber, mon plan est toujours tracé et je ne vais pas l'abandonner.
 

Par respect pour le chemin déjà parcouru, par respect pour ceux que la maladie ou la malchance accable, par respect pour la vie, je vais garder le rythme!!!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

10 semaines

Closing a chapter