Randonnée VTT Nocturne

Je n'ai jamais écrit de récit de course mais devant les questions multiples j'ai décidé de m'essayer à l'exercice.
2016-Gilles-Reboisson-0532-960x640
Ce week-end j'ai donc pris part à la 1ère éditions de la SaintéLyon à VTT.

La SaintéLyon, Kesako vous allez me dire à juste titre ;-)

En fait il s'agit à l'origine d'une randonnée pédestre entre Saint-Etienne (ma ville de naissance) et Lyon. Le parcours a changé régulièrement au cours du temps pour se stabiliser à une distance de 75km pour un dénivelé positif de 1800 m.

La course a lieu le premier Week-end de Décembre, avec un départ le Dimanche matin à Minuit.

J'ai  couru la SainteLyon à pied à quatre reprise, avec une année "héroïque", -18°C au départ et 30 cm de neige dans les monts du Lyonnais....
Mon meilleur temps 10h13mn

Étant un passionné de VTT je n'ai pas hésité à m'inscrire dès que j'ai entendu parler de la SainteLyon VTT.

Le format est légèrement différent, départ à 21h, le dernier Samedi de Juin, 72km et 2000 m de dénivelé positif.

Cette course présente trois difficultés, la nuit complète, la distance (très long pour du VTT) et le dénivelé conséquent.

Pour la nuit je n'ai pas trop d'inquiétude, je me rends au boulot en vélo très régulièrement et en hiver lorsque je rentre il fait nuit. Je suis donc équipé d'éclairage, il me faudra uniquement me préoccuper de la longévité des batteries.

Pour la distance et le dénivelé j'ai décidé d'adapter un petit peu mes parcours VTT. Je les gonfle en dénivelé et j'essaye de parcourir au moins la distance de la course sur la semaine (1 sortie week-end de 40km, deux sorties semaine de 15 à 20km). L’entraînement se déroule sans vraies surprises et je suis assez serein à la veille de la course, je pense pouvoir effectuer le parcours en moins de 6h00

Une difficulté est venue s'ajouter au programme, la canicule .... Comment se vêtir pour la course, comment s'hydrater suffisamment?
J'opte pour une tenue avec une couche débardeur près du corps et un maillot manche courte, un maillot manche longue au cas ou dans le sac, pas de coupe-vent, un camel bag de 1,5l et un bidon de 0,75cl.

Samedi matin, 9:00 je suis dans mon TGV direction Lyon où je peux tranquillement terminer "Je voyage seule". Une fois à destination je remonte mon vélo (démonté pour les besoins du trajet) et je file chercher mon dossard au Palais des sports.

5 mn de queue, 2 cadeaux et me voici en route pour la place Bellecour histoire de manger tranquillement en terrasse.

 J'entends un bruit régulier, comme si il y avait du frottement .... Cela provient de ma roue avant.

Je m'arrête et je constate avec effroi ;-) que ma roue est crevée et que ce n'est pas un frottement mais l'air qui s'enfuit....
Bon, mon pneu et ma chambre à air sont neufs, moins de 10 km .... Cela s'annonce bien ....
En quelques longues minutes sous le cagnard je change ma chambre à air et je repars!

La remonté des quais du Rhône est assez agréable!
Après avoir pris mon repas je décide d'aller directement sur Saint-Etienne. 50 mn de train avant de me mettre en quête de 2 nouvelles chambres à air ...( 1 pour remplacer celle du matin et 1 supplémentaire) j'en ai désormais 3 de rechange !

Connaître une ville c'est pratique pour trouver des magasins, sauf que quand on n'y vit plus depuis 25 ans les choses changent .... Les magasins de cycles de mon enfance ont disparus et je dois m'en remettre à Google Maps pour en trouver un!
Je peux alors m'attabler sur une terrasse, commander un diabolo grenadine que je vais siroter tranquillement en lisant puis une plâtrée de pâtes....

19h00 je prends la direction de sorbiers, lieu de départ.
En chemin je m'arrête dans un coin tranquille pour me changer, préparer le sac que l'organisation va transporter jusqu'à l'arrivée et faire mes dernières vérifications.

20h05 me voilà arrivé sur le lieu du départ, avec déjà 30 km au compteur...
Une barre de céréales, quelques verres de Coca et d'eau et me voilà à attendre avec les 1800 autres coureurs le départ ....
IMG_20170624_212534
Si le départ était prévu à 21h00 ce n'est qu'à 21h40 que je peux enfin m’élancer, avec une vague de 30 coureurs. Pas de stress, juste de l'envie, et un ciel qui est devenu noir .....

Quelques hectomètres de plat et voici la première montée, large et garnie de supporters. Je l'aborder tranquillement, sans trop forcer, l'objectif est de passer la ligne d'arrivée.

La foudre se fait entendre au loin, et, sans plus de  manière, nous voici sous des trombes d'eau. Cela durera pendant près de 2 heures, un spectacle magnifique que nous pouvons observer de nos crêtes humides, sous le grondement du tonnerre, une fois à droite, une fois à gauche.

Il fait chaud, nous sommes en plein effort, malgré les conditions dantesques je n'ai pas froid.

Les montées se font plus délicates, régulièrement nos roues arrières dérapent, nous obligeant à mettre le pied à terre, et bloquant ainsi une file de coureurs.
Les descentes deviennent périlleuses, à fond dans la nuit, sur des chemins étroits et parsemés de cailloux de toutes tailles. A plusieurs reprises je mettrais pied à terre pour ne pas prendre de risque, deux fois je tomberais, sans gravité.

Les km s'enchaînent, le parcours est difficile, technique, de nombreux passages ne sont pas praticables avec ma technique. Je ne suis pas le seul à mettre pied à terre et je prends même un malin plaisir à monter plus haut que ceux qui m'entourent (ego mal placé !!!).

Je m'arrête à peine au premier ravitaillement, je suis trempé des pieds à la tête et je crains de prendre froid. J'essaye de m'astreindre à me ravitailler correctement. en fait c'est beaucoup plus difficile en VTT qu'à pied. Dans les montées je ne peux pas ôter mes mains du guidon et dans les descentes c'est trop dangereux ... Je profite donc de chaque route goudronnée pour me désaltérer et avaler une barre de céréales ou un bout de gâteau.

Un gros coup de mou autour du 40ème Km, des montées très pentue, des descentes où il faut être très vigilent, pas de répit, une forme de lassitude qui s'installe. Je m'accroche, et j'avance, tour de pédale à tour de pédale, sans regarder les km qui défilent, ou pas .....

Finalement me voilà au dernier ravitaillement, plus que 20 km avant l'arrivée et un parcours globalement descendant. Je prends le temps de boire et manger et c'est reparti!

Les montées se font au ralenti, mais je suis dans le rythme des personnes autour de moi. Beaucoup de passage peu praticable, de file indienne lente, vélo à la main. Bizarrement sur les parties plus plates j'avance bien et je double pas mal de monde, je ne suis pas très frais mais encore lucide et avec de l'énergie on dirait.

Une dernière montée, au moins à 18%, et ce sera la descente ...  Ah non, ce n'est pas le même parcours final, il faut remonter.... et encore remonter .... beaucoup ont mis le pied à terre mais j'irais jusqu’en haut , ou presque.

Un dernier effort et la descente succède à la descente, puis  5 étages de marches (à pieds !!) avant de rejoindre les quais de Saône.

Je regarde ma montre, dans 5 minutes cela fera 6h00 !!!!

Je mets le turbo et je fonce dans la nuit Lyonnaise.

Un dernier virage à gauche et la ligne d'arrivée me tend les bras!
IMG_20170625_045218
6h01mn et une grosse poignée de seconde!!

Je l'ai fait et je suis très content de mon temps !!!!!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

10 semaines

Closing a chapter