Sortie de Deuil, une recette ?

Comme je vous l'écrivais la semaine dernière je n'ai plus besoin de faire le point sur mon deuil amoureux, j'en suis sorti.

Il m'aura fallu un petit peu moins de trois mois. certains pourraient dire que c'est court, d'autres que c'est long, ils auraient tous raison, et tort!

La question ne se pose pas, je l'ai aimée, à en agir stupidement, et je l'aime probablement encore mais je ne souffre plus.

J'ai réussi à parcourir le Chemin du Deuil, à en vivre toutes les étapes.

J'ai bien vécu le Choc. trop bien peut-être ;-)

Le Deni fût beaucoup plus long que ce que je ne pensais; il m'a fallut de longues semaines pour enfin accepter qu'elle ne reviendrait pas.
En fait le seul moyen efficace que j'ai trouvé fût de me convaincre que je ne voulais pas qu'elle revienne. Je ne veux pas qu'elle revienne; ni pour moi, ni pour elle.
Attention, cela ne veux pas dire que je ne l'aimait pas mais simplement que toute relation contient son lot de compromis. Sur l'instant ils peuvent sembler acceptable, voir même inexistant. Mais si on prend le temps d’analyser les choses froidement, à tête reposée, on voit les choses sous un autre angle.
Que l'on soit tous d'accord, je ne regrette pas une seule seconde de ce que j'ai vécu avec elle, mais la vie que je veux désormais vivre n'est plus compatible avec celles que nous menions.

La Colère fût intense, longue, épuisante. J'ai réussi à la canaliser, à n'y exposer personne.
Je conseille les balades en forêt pour pouvoir y hurler sa douleur, taper du point sur les arbres, courir à perdre haleine sans but. Tout cela m'a permis de faire sortir ma colère, de la vivre, de l'exprimer, et de la chasser.
Je m'excuse auprès des biches et des oiseaux que j'ai probablement effrayés dans ce moment là.

Le Sevrage fût long, pénible, peuplé de larmes et de période de détresse absolue où l'on erre, sans but, sans savoir où l'on est.
Pendant cette période j'ai visité la vallée de  la déprime, j'en ai exploré les moindres recoins, soulevé toutes les pierres, heurté toutes les racines. Deux éléments m'ont permis de m'en sortir.
Tout d'abord accepter que l'on déprime, accepter que notre humeur va changer en quelques instants du rire aux larmes, que tout va être exacerber, que tout va être plus difficile. Cette acceptation est primordiale pour ne pas s'enfoncer plus, pour accepter, se recroqueviller sur soi et attendre que la pluie cesse, que le brouillard s'estompe.
Ensuite occuper son esprit de manière positive. Facile à dire , mais comment faire lorsque cette spirale infernale essaye à chaque instant de vous entraîner? Pour ma part j'ai choisi l'évasion, sous trois formes.
- J'ai lu, et je continue à lire, Un livre minimum par semaine. s'occuper l'esprit, faire travailler son imagination, rafraîchir ses pensées.
- J'ai écouté de la musique? Je me suis forcé à faire une Play List, à vivre mes émotions, ne pas les fuir, les amplifier par le biais de l'auteur, de l'interprète, les accepter, car d'autres nous chantent qu'ils ont aussi vécu la même chose.
Dans ma Play List j'ai mixé le regrets, les remords, la tristesse, l'espoir, le souvenir, la gaîté, la colère, l'absence. J'ai revécu tout cela, j'ai laissé le champs libre à mes larmes, mes rires, mes cris, mes sourires.
- J'ai écrits... et j'ai lu. en fait j'ai partagé, sur mon blog, sur vos blogs. Ce que je ressentais, ce que vous ressentiez, où j'en étais, comment vous vous en étiez sorti ou pas.

Grâce à tout cela j'ai l'impression d'avoir pu vivre un deuil en accéléré, de parcourir des distances incommensurables en quelques heures, parfois de revenir sur mes pas, souvent en fait, mais finalement toujours en avançant et de mon Sevrage est né la Reconstruction. Je ne suis plus le même. J'ai compris que mon bonheur dépendait de moi avant tout. Mon bonheur n'est pas égoïste, mais si je ne le provoque pas il ne me répondra pas.
Si je n'organise pas une week-end avec ceux que j'aime, si je ne leur dis pas que je les aime, si je ne remplace pas le quotidien par mes envies, nul ne le fera, et le sablier va continuer de se vider, inexorablement.
J'ai pris les rênes de ma vie, qui m'aime me suive, et si je suis seul pour certains plaisirs je ne le boude pas, je n'annule pas, mais je savoure!!!

Ma recette n'est pas universelle!

Elle me convient.

Elle peut peut-être donner à certains des idées, et si c'est le cas j'en serai ravi!

"La vie est belle et toi seul peut la rendre encore plus belle" (c'est de moi ;-) )

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

10 semaines

Closing a chapter